PARTAGER
PARTAGER

Inertie - Patrick Eymard

Inertie

J’ai trop bien obéi, tel un humble valet

Qu’on envoie au boulot sans ombre de vergogne :

Etats unis, Hongrie, Irak ou Catalogne

Allemagne, Hollande et, horreur, chez l’anglais.

Car voyager m’ennuie comme un affreux boulet

Qu’on enchaîne à mon pied et tant pis si je grogne

Malgré moi je la fais, cette absurde besogne

Qu’on m’impose et tant pis si cela me déplait.

Aéroport-taxi-bureau-hotel sans trêve

Sans même le répit de pousser un soupir

Je devais continuer jusqu’à ce que j’en crève

Mais enfin maintenant, sauf à craindre le pire,

J’en suis débarrassé, je peux vivre mon rêve :

Plus jamais de voyage avant que je ne crève.